Définition : La pathologie des bétons

La pathologie des bétons.

Le domaine de la pathologie des bétons a pour objet l’étude des « maladies des bétons », leurs observations, leurs identifications, leurs évolutions et la genèse de leurs différentes causes.

Le but de ce site est de vous faire connaître et de vous expliquer les phénomènes complexes et multifactoriels, qui désorganisent l’ensemble de la matrice cimentaire d’un béton et induisent des pathologies souvent destructrices pour les bétons eux-même et pour les structures d’Ouvrages.

Sommaire des articles ( cliquez sur les rubriques à visionner )


-

-

  • La mesure des enrobages et la recherche magnétique des aciers d’armatures
  • La détermination des profondeurs de carbonatation
  • La détermination des teneurs en chlorures du béton
  • La mesure électro-chimique du potentiel
  • La détermination du taux d’humidité d’un béton
  • La notion de durée de vie d’un Ouvrage
  • L’approche statistique des essais sur les bétons
  • L’évolution des désordres sur les bétons

-

  • La protection des Ouvrages recevant des eaux naturelles, des eaux usées ou des produits chimiques agressifs
  • Le traitement des désordres engendrés par le sulfure d’hydrogène
  • La remise en état des supports bétons armés  carbonatés
  • Le traitement des désordres dus à l’alcali-réaction
  • Le traitement des désordres dus aux chlorures
  • Le traitement des désordres dus aux sulfates

-

  • Les réservoirs, châteaux d’eaux, piscines, les canaux, les aqueducs et les cuves et les divers produits spéciaux applicables sur ces Ouvrages

-

  • Les revêtements résistants aux agressions chimiques
  • Les hydrofugeants et les minéralisateurs
  • Les inhibiteurs de corrosion
  • Les mortiers de réparations et les mortiers spéciaux fibrés
  • Les passivants destinés aux aciers d’armatures
  • Le béton projeté
  • Les résines utilisées dans la construction
  • Les revêtement de protections des parements bétons

Publié dans Sommaire | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Le ciment Portland premier ciment moderne

Le ciment Portland est le produit obtenu à partir d’un clinker.

Le clinker est le résultat de la cuisson à environ 1 450°C, de diverses matières premières constituées principalement de calcaire pour 80%, d’argile pour 20% et d’ajouts propres à la destination particulière du ciment.

On peut dire de façon simplifié et schématique que :
– le calcaire apporte la chaux
– les argiles apportent : l’alumine, la silice et l’oxyde de fer.

Continuer la lecture

Publié dans Pathologie | Marqué avec , , , , | Commentaires fermés

Les Stations d’Epurations et de Traitements des Eaux

Les stations d’épuration représentent un cas à particulier des « réservoirs », de par leurs fonctions spécifiques.
Une station d’épuration est destinée à recevoir des eaux usées, ce terme englobe, principalement, les eaux ménagères et les eaux provenant de l’industrie, afin d’en assurer le traitement dans le but de les rejeter après leur épuration, dans un cours d’eau ou à la mer.

Il est donc impératif que ces rejets n’engendrent pas de nuisances et ne soient pas polluants, d’où la nécessité d’un traitement efficace et sûr en stations d’épuration.

Continuer la lecture

Publié dans Pathologie | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Le béton d’enrobage et le rôle des fissures

La fissuration du béton est inhérente au matériau  lui- même, dans le sens ou ce matériau est  actif et réagit  avec tout ce qui peut l’environner ou le solliciter.

La fissuration du béton peut avoir une origine mécanique, physique ou chimique.

Les fissures ont un rôle à part, car ce sont des passages préférentiels pour la pénétration du milieu ambiant à l’intérieure, même, de ce matériau.

Dans le cas, ou ces fissures atteignent les armatures et si de plus les fissures sont traversantes, le phénomène de corrosion peut s’amorcer très rapidement.

Continuer la lecture

Publié dans Pathologie | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Les Cuvelages

On défini dans le DTU 14-1 les notions de parties immergées, cuvelage, ou celles d’imperméabilisation et d’étanchéité de la façon suivante :
* Selon le DTU 14-1 de mai 2000

  • Partie immergée d’un bâtiment :

C’est la partie réputée située sous le niveau de l’eau, celle-ci pouvant résulter d’une nappe phréatique, d’une crue, de ruissellement ou d’infiltration.
Cette partie comprend la périphérie soumise directement à l’action de l’eau, ladite structure résistante, les parties extérieures adjacente à cette périphérie et liées avec elle, dites retours, pour lesquelles des dispositions particulières doivent être prises et, enfin, les autres parties intérieures.

Continuer la lecture

Publié dans Pathologie | Marqué avec , , , , | Commentaires fermés
Pages: 1 2 >